À chacun ses prédictions

Le futur, nous y pensons tous, à plus ou moins long terme, évidemment. Une spécialiste des nouvelles tendances numériques, une chanteuse, un conservateur de musée, une libraire et le directeur d’un festival de films évoquent leur vision. Par Sabine Pirolt

HEMISPHERES N°24 Prédire les futurs // www.revuehemispheres.ch

Le futur, nous y pensons tous, à plus ou moins long terme, évidemment. Une spécialiste des nouvelles tendances numériques, une chanteuse, un conservateur de musée, une libraire et le directeur d’un festival de films évoquent leur vision.

TEXTE | Sabine Pirolt
IMAGES | Hervé Annen


«Le livre papier ne va pas mourir»

HEMISPHERES N°24 Prédire les futurs // www.revuehemispheres.ch

Yasmina Giaquinto, 51 ans
Libraire, Martigny

Pousser la porte de la Librairie du Baobab, au centre de Martigny, c’est arriver dans un lieu aménagé avec soin: grande table ronde, coin canapé, piano avec l’inscription «jouezmoi»: on s’y sent chez soi, les mètres carrés en plus. Solaire, la patronne Yasmina Giaquinto accueille chaleureusement ses visiteuses et visiteurs. Davantage qu’une librairie: on sent un coeur et une âme à cet endroit. La propriétaire des lieux y organise concerts, soirées à thèmes ou dégustations. «J’aime le tricotage de liens qui se dessine dans une rencontre. Et tant pis si les visiteurs ne passent pas toujours à la caisse.» La Valaisanne n’a pas toujours été libraire. Après sa scolarité obligatoire, elle passe trois ans dans une école de commerce, puis obtient un bac français et se lance dans des études de lettres à l’Université de Lausanne.

Elle deviendra professeure à l’École d’art, puis au Centre professionnel de Sion. «J’ai adoré enseigner. J’ai moins aimé le rapport avec mes collègues.» Un jour, elle apprend la fermeture d’une librairie à Martigny. Et si elle se lançait? Le projet se crée, la banque dit oui et la librairie ouvre en 2013. Aujourd’hui, cinq personnes se partagent un 290%. Comment envisage-t-elle le futur? «Le livre papier ne va pas mourir. Peutêtre faudra-t-il être encore plus sélectif dans nos choix d’ouvrages. Surtout, les indépendants devront se démarquer, se solidariser et s’investir sérieusement dans la médiation culturelle.»


«Si on pense que le futur est nul et bloqué, il ne se passera rien de bon»

HEMISPHERES N°24 Prédire les futurs // www.revuehemispheres.ch

Emilie Zoé, 31 ans
Artiste, Lausanne

«Des lettres envoyées au futur, à des humains. Ou pas, s’il n’y en a plus.» Voilà comment l’artiste romande décrit les morceaux de son troisième album Hello Future Me, sorti en février 2022. Large t-shirt et training, cheveux courts qui se dressent vers le ciel, Emilie Zoé parle de sa musique en sirotant un thé froid. La réflexion autour de son dernier disque commence en 2019: «Où va-t-on? Est-ce que je continue de faire de la musique? Ou je choisis de produire de la nourriture, en vivant en communauté dans une ferme?» La pandémie lui laisse le temps de prolonger cette introspection et d’écrire huit chansons. «Hello est un mot accueillant, qui dit l’envie que les choses changent.»

Née à Lausanne, enfant d’architectes, Emilie Zoé a fait une maturité maths/physique avant de poursuivre un semestre à l’EPFL. Elle passe les premiers examens, mais ne se sent pas bien dans ce milieu. L’étudiante, qui fait un peu de guitare, décide de tout plaquer en rencontrant des gens qui font de la musique. Pour gagner sa vie, elle travaille dans le milieu du spectacle. «Je m’occupais de technique, je déchargeais les camions, mettais en place les instruments.» Depuis 2019, elle se consacre uniquement à la musique, enchaîne les tournées, compose pour des pièces de théâtre. «Je peux vivre avec rien, ça donne un sentiment de liberté. Être souple et avoir envie que les choses se transforment, c’est la clé. Si on pense que l’avenir est nul et bloqué, il ne se passera rien de bon.»


«Beaucoup de films dépeignent un avenir négatif»

HEMISPHERES N°24 Prédire les futurs // www.revuehemispheres.ch

Pierre-Yves Walder, 46 ans
Directeur du NIFFF, Bienne

Casquette vissée sur la tête, t-shirt et sac en toile: Pierre-Yves Walder débarque à Bienne en soirée avec le flot de pendulaires. Ce Biennois d’adoption met les gens à l’aise. Il a grandi à Neuchâtel. Son père aime aller au cinéma et y emmène son fils. La fameuse confiserie Walder? Ce sont ses parents. «Ils m’ont toujours dit: ‹C’est important de faire ce qui te plaît›.» Ce sera les Ateliers des beaux-arts à Paris, où il développe des amitiés avec le milieu du cinéma. Il poursuit son chemin à Genève, puis New York. De retour en Suisse, il travaille comme attaché de presse dans divers festivals: Locarno, Zurich, Visions du Réel, Cinéma Tout Écran. Il a également un pied au Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF) depuis 2010. «J’y ai retrouvé Anaïs Emery, sa cofondatrice artistique, une amie d’enfance.» Pierre-Yves Walder prend la tête du NIFFF en 2022. Le futur version grand écran, à quoi ressemble-t-il? «Beaucoup de films dépeignent l’avenir de façon négative. L’éco-anxiété est très présente. Le cinéma fantastique est d’une richesse folle, il peut aborder le futur des relations humaines, des technologies, comme celui de l’humanité.» Tourné vers le futur, comment Pierre-Yves Walder voit-il son avenir? «Au NIFFF, pour le moment. Je continue à découvrir et à rechercher de nouvelles choses.»


«Avec le métavers, certains utilisateurs vont passer à côté de leur vie»

HEMISPHERES N°24 Prédire les futurs // www.revuehemispheres.ch

Emily Turrettini, 69 ans
Journaliste, Genève

Étonnante. C’est l’adjectif qui vient à l’esprit lorsqu’on rencontre la journaliste genevoise Emily Turrettini. Regard malicieux derrière des lunettes rondes, elle a quelque chose d’une grande dame. Sa spécialité? Elle suit les nouveautés du monde numérique depuis 1996. Les lectrices et lecteurs du Temps ou de Bilan la connaissent bien. C’est dire si Emily Turrettini a une longueur d’avance sur l’actualité du numérique. Un père scénariste à succès, une mère technicienne en radiologie, elle naît à Los Angeles et grandit avec deux frères et une soeur. Elle a 4 ans quand ses parents s’installent à Lausanne. À 21 ans, elle retourne sur le Nouveau Continent. Elle travaille comme cheffe de produit à New York. Sept ans passent, la Suisse lui manque. La rencontre de son futur mari, Henri Turrettini, finit de la convaincre: elle s’installe à Genève, où elle aurait pu se reposer sur ses lauriers… «Ah non, il faut exister dans la vie. » Donc Emily Turrettini continue d’observer et d’écrire. Et que voit-elle venir? «Le métavers, ce monde virtuel parallèle, va se développer. Il s’agira de mettre des garde-fous, car des utilisatrices et utilisateurs risquent de passer à côté de leur vie. Mais certaines immersions, comme Le Bal de Paris (un spectacle de la chorégraphe franco-espagnole Bianca Li, ndlr), sont extraordinaires.»


«Un musée doit fonctionner comme une oeuvre d’art»

HEMISPHERES N°24 Prédire les futurs // www.revuehemispheres.ch

Bertrand Mazeirat, 46 ans
Chef de projet, Musée d’art et d’histoire, Genève

Comment être utile en 2030, 2040 ou en 2050? C’est la question que se pose Bertrand Mazeirat, responsable du projet Nouveau Musée d’art et d’histoire à Genève. «Chaque visiteuse ou visiteur qui se rend au musée arrive dans sa propre disposition d’esprit. Aujourd’hui, il n’y a pas de place pour cela. Le musée vous impose un regard…» L’idée derrière cette constatation? «Le musée du futur doit fonctionner comme une oeuvre d’art. Une tension doit se créer pour que naisse un échange.» Le but est de rapprocher les oeuvres des gens, que la vie quotidienne déborde sur le musée et vice versa. «Il s’agit de créer cette évidence à être ici, il faut proposer quelque chose de plus facile, de moins intimidant. Par exemple mettre des tableaux sur la sensation de faim au restaurant du musée.» Un père restaurateur de bâtiments historiques, une mère infirmière, Bertrand est né et a grandi en Corrèze. Après un cursus d’histoire moderne et contemporaine, il entame une spécialisation en muséologie et travaille notamment au Musée des Confluences à Lyon et au Conservatoire de l’agriculture à Chartres. Cela fait onze ans qu’il est au Musée d’art et d’histoire de Genève, à divers postes. Et que pense-til des nouvelles technologies? «La réalité virtuelle comme les additions digitales ont déjà leur place dans les musées. Il ne s’agit pas de les utiliser systématiquement, mais quand nous en avons besoin. Par exemple, passer devant un tableau, le prendre en photo et recevoir une fiche d’information sur son smartphone, cela sera bientôt d’actualité.»