Crise sanitaire: mieux vaut être riche dans un pays égalitaire

Promiscuité dans les habitations, mais aussi davantage de comorbidités liées aux modes de vie: les clusters de Covid-19 ont fait plus de victimes dans les quartiers défavorisés, y compris en Suisse. Par Stéphany Gardier

HEMISPHERES N°21 – Locales, urbaines, intimes: les proximités // www.revuehemispheres.ch
© Charlie Clift

Promiscuité dans les habitations, mais aussi davantage de comorbidités liées aux modes de vie: les clusters de Covid-19 ont fait plus de victimes dans les quartiers défavorisés, y compris en Suisse.

TEXTE | Stéphany Gardier

Dès l’été 2020, des indicateurs ont donné l’alerte: l’impact sanitaire du virus SARS-CoV-2 était plus marqué parmi les populations déjà en situation de vulnérabilité. Ces inégalités sociales de santé ont depuis été confirmées, y compris en Suisse. Au-delà de ses seules conséquences sur la santé, le Covid-19 provoque aussi des dégâts socio-économiques majeurs qui accentuent l’écart entre les couches les plus favorisées et les moins aisées de la population. Or les experts sont formels: l’augmentation de ces inégalités conduit in fine à une dégradation de la qualité de vie de toutes les strates de la population. «La pandémie, qui est devenue une crise socio-économique, a mis en lumière une réalité que l’on préfère souvent ne pas voir, analyse Philippe Longchamp, chercheur à l’HESAV – Haute École de Santé Vaud – HES-SO et spécialiste en épidémiologie sociale. Le Covid-19 a placé la société face à un miroir! Et cette crise qui dure depuis plus d’un an est en train d’amplifier les inégalités socio-économiques d’une manière inédite, à savoir en même temps et dans quasi tous les pays du globe.» Dès le début de l’épidémie, un gradient social de santé a été observé dans la plupart des pays touchés par la pandémie: «Au Royaume-Uni, il a été montré que les personnes des zones défavorisées meurent deux fois plus du coronavirus que dans les zones les plus favorisées, indique Philippe Longchamp. Ce chiffre a été retrouvé dans d’autres pays et le déséquilibre entre les couches sociales est aussi flagrant aux États-Unis, où les deux tiers des victimes du Covid-19 sont des personnes dont les revenus sont inférieurs au revenu médian.»

Durant la pandémie de Covid-19, le photographe Charlie Clift a décidé de s’engager bénévolement dans la banque alimentaire de son quartier londonien. Alors que la fréquentation de ce lieu ne cessait de croître, il a décidé de le photographier au quotidien pour montrer notamment le travail des héroïnes et des héros qui donnent de leur temps pour soutenir leur communauté.

Des foyers dans les quartiers précaires

Ce phénomène se retrouve aussi à des échelles territoriales beaucoup plus locales, telles que les différents quartiers d’une même ville, comme le montre une étude publiée récemment dans Frontiers in Public Health par une équipe romande, coordonnée par Idris Guessous, des Hôpitaux universitaires de Genève, et Stéphane Joost, maître d’enseignement et de recherche à l’EPFL et professeur à l’Institut et Haute École de Santé La Source à Lausanne – HES-SO. Dès le début de la pandémie, ces chercheurs se sont intéressés à la question des inégalités sociales dans la diffusion du virus.

HEMISPHERES N°21 – Locales, urbaines, intimes: les proximités // www.revuehemispheres.ch
Philippe Longchamp dénonce le mythe selon lequel la santé est une question de responsabilité individuelle. Les individus n’ont pas la santé qu’ils méritent, car ils n’ont pas tous accès à une alimentation saine, ni à un environnement permettant de faire de l’activité physique. // © François Wavre  | lundi13

«Rapidement, les données collectées dans le canton de Vaud ont montré que les zones précaires en milieu urbain étaient parmi celles où apparaissaient les premiers clusters de coronavirus, précise Stéphane Joost. À Genève, nous avons suivi l’évolution de clusters épidémiques plus précisément. Nous avons constaté qu’un foyer de Covid-19 avait beaucoup plus de chances de persister dans les zones défavorisées de l’agglomération.» Les données montrent qu’après deux mois, il ne reste plus que 30% des foyers infectieux dans les zones les plus aisées de la ville, contre 85% dans les zones défavorisées.

La densité de population, et par conséquent la promiscuité, caractéristique des quartiers les plus précaires, favorise la diffusion du virus. Mais cet environnement de vie a aussi un impact sur l’état de santé des populations qui y vivent. «Il faut sortir du mythe de la responsabilité individuelle qui voudrait qu’on ait la santé qu’on mérite, dénonce Philippe Longchamp. On sait que de nombreux facteurs liés à l’environnement de vie des plus précaires agissent directement sur leur santé.» L’exposition plus importante au bruit, par exemple, est connue pour augmenter le risque d’hypertension ou de troubles métaboliques. S’y ajoutent le manque d’accès à de la nourriture saine, l’impossibilité de faire de l’activité physique et bien d’autres facteurs qui concourent à un état de santé moins bon que dans les zones plus favorisées. «Nous savons que le diabète et l’obésité, facteurs de risque de formes sévères du Covid-19, sont plus fréquents au sein des populations précaires, résume Stéphane Joost. L’épidémie prend alors le visage d’une ‹syndémie›, c’est-à-dire une rencontre entre le virus et d’autres maladies chroniques, ce qui augmente son impact.»

Les sociétés inégales plus vulnérables

Le coût humain de la pandémie de Covid-19 aux USA montre bien que la seule richesse d’un pays n’est pas suffisante pour protéger efficacement les populations. «L’une des raisons pour lesquelles les États-Unis ont été touchés par le plus grand nombre de cas et de décès est qu’ils ont l’un des niveaux de santé moyens les plus faibles des grandes économies développées (…) et les niveaux les plus élevés de disparités en matière de santé», soulignait Joseph Stiglitz, Prix Nobel d’économie, dans la revue du Fonds monétaire international, publiée en automne 2020. Les États-Unis affichent un indice de Gini (voir encadré) proche de 0,4, ce qui le place parmi les pays les plus inégalitaires de l’OCDE, derrière la Turquie. En Suisse, l’index de Gini avoisine 0,3 pour les inégalités de revenus mais 0,9 pour ce qui concerne la répartition des richesses. «Les plus favorisés l’oublient souvent, mais les inégalités ont des conséquences pour toutes les couches de la société, rappelle Philippe Longchamp. Dans les états américains les plus inégalitaires, le taux de mortalité due au Covid-19 était doublé par rapport aux autres états.» Dans les pays de l’OCDE, il a été montré qu’une augmentation de l’indice de Gini de 1% se traduit par une augmentation de la mortalité due au coronavirus de 5%. Plus généralement, quand l’index est au-delà de 0,3, une augmentation de 5% serait associée à 9% de surmortalité globale, soit quelque 6’100 décès de plus par an en Suisse. «En étant un peu caricatural, on pourrait dire que mieux vaut être pauvre dans un pays égalitaire, que riche dans un pays inégalitaire», résume Philippe Longchamp.

La réduction des inégalités sociales représente un vaste enjeu et ne peut passer que par des décisions politiques fortes au niveau des états. Mais des pistes sont envisageables à l’échelle des cantons ou des agglomérations urbaines pour lutter contre ces inégalités. Parmi elles, l’augmentation de la mixité socio-économique des villes, qui concentrent plus de 80% de la population. «Outre les bénéfices de vivre dans un environnement social plus riche, il y aurait aussi un cercle vertueux qui favoriserait les comportements plus sains, par mimétisme avec les populations plus favorisées», rappelle Stéphane Joost. Revoir les plans d’urbanisation pour limiter la fragmentation induite par le réseau routier serait un premier pas, estime le chercheur: «Faire émerger des connexions entre les quartiers et leurs habitantes et habitants est nécessaire. Nous avons toutes et tous à y gagner».


Quantifier les inégalités

Pour étudier l’évolution des inégalités, il est nécessaire de les quantifier. Pour cela, plusieurs indices et coefficients ont été élaborés. L’indice de Gini est utilisé depuis la fin du XIXe siècle par les sociologues pour mesurer le degré d’inégalité (de revenus, de niveaux de vie, de répartition des richesses) dans une population. Dans un système parfaitement égalitaire, l’indice de Gini vaut 0 et en cas d’inégalité extrême, il vaut 1.